La Compagnie des Rêves Arrangés

cie.revesarranges@outlook.fr

14 rue de Flesselles, 69001, Lyon

Licence : 2-1106566 / 3-1106567

Première réunion de rentrée

01/09/2016

 

Samedi 20 août 2016, c'est presque la rentrée. Pour la Compagnie des Rêves Arrangés, cette date est celle des retrouvailles, des longues discussions, aussi personnelles qu'artistiques. Chacun.e revient avec sa vie, ses tiques de langage, ses histoires à raconter, et ses réflexions sur l'avenir de notre compagnie...

Il est temps de commencer notre réunion qui devra nous éclairer sur notre projet à venir. C'est sûr, ce soir, on repart avec une problématique, une ébauche de spectacle. Pas si sûr que ça, en fait. Après 6h30 de discussion, nous ressortons avec plus de questions que de certitudes.

 

Notre envie commune, c'est d'effectuer un travail collectif : de l'écriture jusqu'à la scène, nous aimerions engager nos propres mots, nos propres réflexions et techniques de travail. Il s'agit là d'un véritable défi et nous avons conscience que c'est une année charnière – et chargée- qui s'annonce.

Nous partons d'une idée, d'une personne et d'une époque qui nous a inspiré : Eugénie Buffet (1866-1934), reine des pierreuses au café-concert. C'est l'époque de la Révolution Industrielle, de la IIIe République et de la naissance de la société du spectacle. Eugénie Buffet est une chanteuse oubliée, pourtant très populaire à l'époque et qui s'est rendue célèbre grâce au personnage de prostituée qu'elle s'est créée. Inspirée par la pensée naturaliste, elle évolue elle-même dans un monde de « pierreuses » (prostituées de rue), pour retranscrire leurs paroles sur scène.

Mettre en avant la prostitution à une époque où le commerce des corps devient rentable, et faire parler les « laissé.e.s pour compte » de la Révolution Industrielle est une démarche qui nous intéresse.

La forme spectaculaire des café-concerts nous interpelle également. Pourquoi ne pas en recréer un ? Mettre en place un prétexte pour rassembler les gens autour d'un spectacle, d'un verre ou d'une assiette, et réfléchir ensemble aux prémices de la société du spectacle, à l’exhibition des corps pour la plupart féminins, de plus en plus présente aujourd'hui. Quels sont les liens entre le spectacle et la prostitution ? La ou le commédien.nne est-elle/il une prostituée en puissance ? Sur une scène de théâtre comme dans la vie, peut-on dépasser les regards objetivants et affirmer sa propre subjectivité ? On parle de Martha Graham qui a vécu de ce « commerce de la jambe » à ses débuts, mais aussi de Joël Pommerat qui dit avoir eu du mal à « se vendre » en tant que comédien...

 

Au milieu de notre discussion, une voix extérieure nous interpelle : « En fait, vous cherchez une manière progressiste de montrer des prostituées sur scène ». Euh...effectivement, à ce stade, une remise en question s'impose.

Le terme de prostitution revient souvent dans nos discussions, si bien que l'on vérifie sa définition dans plusieurs dictionnaires. Apparemment, la prostitution implique nécessairement un acte sexuel, il faut donc contact physique.

 

Ah. N'empêche. Nous pensons qu'il y a un lien entre les deux mondes, celui du spectacle vivant et de la prostitution.

 

On veut le comprendre, on débat. On en vient à réfléchir sur le statut social de la prostitution. Certain.e.s d'entre nous veulent se rapprocher de ce milieu que l'on connaît mal. Comment en parler sans en avoir discuté avec les principales/principaux concerné.e.s ? Mais est-on légitime pour cela ? Comment garder un regard objectif et sans jugement ? Le sujet est délicat, tabou, tout le monde n'est pas à l'aise avec ces questions. On en vient à parler de la notion de genre, des normes et des contraintes liées aux corps quotidiens. Salle de musculation, médecine, yoga, Nabila... La discussion part en roue libre. Comment parler de nos corps et de nos efforts pour le modeler, pour se l'approprier et pour faire avec ? Et si nous nous intersessions aussi aux milieux queers qui interrogent, dans leur vie de tous les jours, l'artificialité du corps humain ?

 

De Eugénie Buffet à la prostitution dans le monde du spectacle puis à la prostitution en tant que métier, classe sociale, pour arriver aux notions globales de corps, de genre...Nos références, nos idées, nos projets sont nombreux, nos remises en question aussi. Mais ne soyons pas pessimistes, rendez-vous lors de la prochaine réunion avec des textes, des films, des spectacles, des musiques, des rêves ou des anecdotes qui nous inspirent.

 

Please reload

Posts récents

01/07/2019

Please reload

Nous suivre
  • Facebook Classic